Faux billets 19ième siècle

FAUX 100 F  type 1848 « définitif »  du 30 novembre 1848

Affaire BERTRAND (1850)

Frédéric Bertrand arrêté le 22 juin 1850, lors de son interrogatoire le 25 juin 1850, dit qu’un billet de 100 F lui a été donné par un curé qui lui a demandé de reproduire son portrait pour la somme de 90 F. Toujours d’après les dires de Bertrand, un deuxième billet de 100 F lui a été remis par un homme à l’accent étranger en échange de travaux, mais il  n’avait pas remarqué que ce billet n’était pas imprimé mais fait en daguerréotypie. Il dira aussi qu’il avait bien remarqué que le billet donné par l’inconnu était un peu pâle et avait les mêmes numéros que celui du curé, mais il ne savait pas ce que cela voulait dire. Puis au cours de l’interrogatoire, Bertrand demande au juge  de lui parler en particulier et raconte qu’il a essayé de reproduire le vrai billet du curé et qu’il l’a abimé avec sa préparation au nitrate d’argent  si bien...

Faux billets de 100 francs définitif type 1848, fausse monnaie du 19ième siècle

Décoration de la vitrine:

- Chambre à tiroir de 1850 (ou appareil daguerréotype).

- Loupe de mise au point utilisée pour faire une mise au point plus précise sur le dépolie de la chambre à tiroir.

- Lampe à bougie diffusant une faible lumière rouge, utilisée par le photographe dans son laboratoire pour développer ses photos.

 - Châssis utilisé pour mettre la surface sensible qui pouvait être une feuille de papier traitée, une plaque de verre, une plaque de cuivre.

 - Bac en bakélite pour le développement des photos.

 - Feuilles traitées au nitrate d'argent.